préparation de mon sol au potager

Préparations, soins, arrosages et entretiens de la terre du jardin.
Règles du forum
Image Rappel de la Charte
N'hésitez pas à vous présenter ! C'est toujours plus sympathique de commencer par un "Bonjour" et c'est très apprécié ! >>ICI<< :tala:
Pour signaler un abus cliquez sur l'icône Image dans la zone du message concerné.
Avatar du membre

Auteur du sujet
epimedium
Feuille agitée
Feuille agitée
Messages : 4334
Enregistré le : 26 mai 2016 14:04
Commune : LIEGE
Localisation : Belgique - Liège
Sexe : Masculin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le jardin d'ornement

préparation de mon sol au potager

Message par epimedium »

:elo: Le paillage est une technique que j'utilise au potager depuis bien longtemps avec des succès divers. Dans le cas particulier de la reprise d'un potager presqu'entièrement bâché, si j'ai semé de l'engrais vert la première année, j'ai paillé le sol à la fin du printemps avec du foin, convaincu par le discours du jardinier "paresseux" , foin préféré à la paille pour son rapport carbone-azote plus équilibré et adapté aux légumes. Durant l'hiver, j'ai laissé sur le sol ce qui restait de paillis, et là je me rends que j'ai commis une erreur, dans mon cas particulier, car pour laisser se réchauffer le sol et empêcher la prolifération des limaces, j'enlève tout ce qui reste du paillis au printemps. Or, le printemps a été caractérisé par un temps sec avec des longues périodes de vents de nord-est desséchants, le résultat est que je me retrouve avec un sol avec une structure quasi "caillouteuse" !
Je pense que j''ai négligé un facteur très important, c'est le couvert végétal vivant de par les racines qui aèrent bien sûr le sol mais qui en plus créent un univers mucilagineux peuplé de bactéries à leur surface. C'est pourquoi, démarrer cette technique au départ d'une prairie est bien plus indiqué que d'une terre nue compactée.
Ce n'est que, selon moi, on aura une densité de légumes très importante dans le sol qu'on pourrait se passer de dépailler en automne pour se passer de semis d'engrais vert ! :hum:


Avatar du membre

Bernadette B
Stipule frémissante
Stipule frémissante
Messages : 1041
Enregistré le : 02 juil. 2017 20:50
Commune : Ciney
Localisation : Belgique - Namur
Sexe : Féminin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le potager
Localisation : Ciney
Contact :

préparation de mon sol au potager

Message par Bernadette B »

vaste sujet, mais très passionnant, qui demande beaucoup d'essais, d'observation... C'est d'autant plus difficile que chaque cas est différent, et chaque jardinier aussi...

Merci pour ton retour d'expérience, c'est précieux.
Je décris la mienne qui concerne les bacs surélevés: ils supportent peut-être une plus grande densité de végétaux que les grandes surfaces potagères ?

J'ai aussi commencé avec des paillages, mais sauf pour de rares cas, j'ai abandonné: trop de limaces, sol qui se réchauffe moins vite, paillage qui absorbe les petites pluies au détriment du sol et il en faut vraiment une grosse couche pour empêcher la pousse d'indésirables. Tu décris bien le problème du "dé-paillage" qui peut être judicieux ou problématique... c'est du boulot !
Je préfère mettre toute ce foin directement au compost, aussi au "compostage sur place" par exemple autour des fruitiers.

J'ai laissé se re-semer une série de légumes et fleurs bénéfiques et elles constituent un tapis permanent qui m sert de paillage vivant et j'en suis fort contente. Il n'y a que quand je fais des semis que j'enlève tout sur la bande où je sème. Il y a suffisamment de graines dans le sol pour que le "paillage" revienne vite.
Les vedettes : arroche rouge ou verte, laitues, cerfeuil, roquette, soucis, bourrache, capucines. Je composte ou mange ce qu'il faut pour aérer les autres légumes et j'en laisse monter en graine.

Autre exception: au début du printemps, je laisse les poules gratter le sol en espérant qu'elles mangent plus de larves voraces que de vers de terre... Elles mélangent bien le compost déposé en surface, égrènent les mottes...


Avatar du membre

eveliotis
Co-Admin
Co-Admin
Messages : 24202
Enregistré le : 01 juil. 2010 02:02
Commune : ROCHEFORT
Localisation : Belgique - Namur
Sexe : Masculin
Génération : 40 ans et plus
Passion : Le potager
Localisation : Rochefort BELGIQUE

préparation de mon sol au potager

Message par eveliotis »

:elo:

j'aime bien les débats autour du paillage car chacun a son expérience personnelle lié à sa pratique, son sol, son climat et ses cultures.

Les engrais verts, je trouve cela particulièrement contraignant dans un potager car il faut les semer relativement tôt je trouve alors que l'on a encore pas mal (et même le plus possible de cultures encore en place). J'ai testé le seigle cette année avec un semis en octobre sur une parcelle. Le résultat est pas trop mal car c'est un engrais que l'on peut semer tardivement mais son développement ne commence réellement que sortie d'hiver donc la couverture végétale n'est pas optimale en hiver.

Un sol nu étant un sol mort par définition, je couvre toutes les surfaces par de la matière organique (compost, fumier, paille, tontes) toute la mauvaise saison. J'évite le foin qui a tendance à se ressemer un peu trop.

Je découvre le paillage de mes parcelles en sortir d'hiver au fur et à mesure des zones que je veux cultiver. Environ 1 semaine à l'avance et je remise ce paillage au compost. Le sol se réchauffe et j'ai évacué les limaces et leur progéniture.
Je ne replace un nouveau paillage que courant juin quand les légumes sont assez grand et bien entendu j'ajoute de la MO tout l'été.

Souvent j'ai remarqué que soit le jardinier laisse son paillage d'hiver ou l'écarte simplement pour placer ses nouvelles cultures. Résultat courant > attaque en règle des limaces ! Soit il retire tout le paillage dès la sortie de l'hiver alors que certaines parcelles ne seront mises en culture que fin mai. Du coup, phénomène rédibitoire de battance.


Image
"Tous les champignons sont comestibles ! Certains une fois seulement !" (Coluche)

Avatar du membre

valeriec
Fleur parfumée
Fleur parfumée
Messages : 7003
Enregistré le : 03 févr. 2014 16:31
Commune : Bifurcum
Localisation : 59 Nord
Sexe : Féminin
Génération : 40 ans et plus
Passion : Les fruitiers

préparation de mon sol au potager

Message par valeriec »

:elo:

Je suis également une adepte de retirer le paillage assez tard, et également de le remplacer entièrement à chaque fois, les restes de paillage me servent à façonner des sortes de petites allées dans le jardin pour le chat, il est soigné ce chat…

La préparation des sols est en effet un vaste sujet et dépend, comme vous le soulignez tous, de la nature du sol que nous avons. Pour ma part, mon sol est argileux, raison pour laquelle je laisse le paillage extrêmement tardivement de manière à éviter que se forment en effet une croûte d’argile en cas de forte pluie. Le reste du temps j’ai l’habitude de très peu désherber et finalement le développement des plantes que j’ai installé permet d’étouffer très efficacement les indésirables.

Il y a également un endroit où je trouve le paillis intéressant voir indispensable, c’est dans les grandes potées, j’entends par cela un pot qui fait un minimum de 50 à 60 cm de diamètre par 50 ou 60 de hauteur, je trouve qu’il est impératif de pailler ces pots si on veut une production abondante de légumes ou fruits car la terre de ces pots a tendance à dessécher facilement si rien n’est mis dessus pour la protéger, surtout dans le contexte actuel. J’ai été très surprise de la capacité de rétention d’un paillis de 5 cm de hauteur sur un pot, la terre étant extrêmement belle et fraîche en dessous malgré la sécheresse.

Comme type de paillis, j’utilise à la fois du broyat que je fais moi-même lorsque je taille les haies ou du paillis de chanvre ou de lin. En ce qui concerne les engrais verts, ayant un petit potager, je n’ai jamais eu l’occasion de tester car très souvent il y a des végétaux qui restent tard dans la saison.
Modifié en dernier par valeriec le 25 mai 2020 13:23, modifié 1 fois.


L’hiver vient... :sage:

Image
Avatar du membre

Auteur du sujet
epimedium
Feuille agitée
Feuille agitée
Messages : 4334
Enregistré le : 26 mai 2016 14:04
Commune : LIEGE
Localisation : Belgique - Liège
Sexe : Masculin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le jardin d'ornement

préparation de mon sol au potager

Message par epimedium »

:elo: Merci pour vos réactions instructives ! :super:



Lisa
Feuille agitée
Feuille agitée
Messages : 3739
Enregistré le : 05 mars 2013 20:57
Commune : St-Sulpice Lauriere
Localisation : Limousin
Sexe : Féminin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le potager

préparation de mon sol au potager

Message par Lisa »

"et là je me rends que j'ai commis une erreur, dans mon cas particulier, car pour laisser se réchauffer le sol et empêcher la prolifération des limaces, j'enlève tout ce qui reste du paillis au printemps. Or, le printemps a été caractérisé par un temps sec avec des longues périodes de vents de nord-est desséchants, le résultat est que je me retrouve avec un sol avec une structure quasi "caillouteuse" !
Je pense que j''ai négligé un facteur très important, c'est le couvert végétal vivant de par les racines qui aèrent bien sûr le sol mais qui en plus créent un univers mucilagineux peuplé de bactéries à leur surfac
e."

Oui cela donne un terrain caillouteux avec de la terre cassante. C'est difficile n'est ce pas..
Il me restait cette année une parcelle non couverte emplie de panais, carottes sauvages, mauves etc. Il a plu depuis septembre pratiquement tous les jours. En mars j'ai semé de la moutarde et comme en avril il a fait chaud la végétation est partie en pétard.
Mais c'étaient des plantes à racine profonde ce ce qui a donné au nettoyage une terre aérée, brune, légère. pas d'amalgame durs et cassants.
Evidemment cela demande plus de travail et l'inconvénient c'est qu'il faut ouvrir le sol pour planter. :jaune:
Je n'abandonne pas le foin pour autant notamment pour pailler l'été mais tant qu'à faire je pense que ce serait bien de conserver des plantes à racine pour couvrir l'espace, des trucs naturels qui tiennent le coup quelque soit les intempéries. .
Alors peut être une solution serait de bâcher dès le mois de mars en attendant le mois de mai pour affaiblir la végétation il suffirait de tirer dessus ?


Avatar du membre

Auteur du sujet
epimedium
Feuille agitée
Feuille agitée
Messages : 4334
Enregistré le : 26 mai 2016 14:04
Commune : LIEGE
Localisation : Belgique - Liège
Sexe : Masculin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le jardin d'ornement

préparation de mon sol au potager

Message par epimedium »

:elo: Il y a une quinzaine d'années, quand j'ai décidé d'investir le jardin, je me suis rendu compte que là où je voulais planter, le seul outil utilisable, c'était la pioche. Comme j'avais pas mal déboisé à certains endroits, j'ai commis l'erreur de vouloir pailler mon sol pour l'améliorer avec cette masse végétale. J'aurais mieux fait de faire venir un camion de bonne terre arable . En effet, depuis cette époque, je n'ai pas arrêté des amendements organiques conséquents de toute nature (Broyats, paille, foin, tontes, feuilles mortes, cartons, compost). Mais pendant plus de 10 ans, j'avais 2 couches indépendantes : ma couche de paillis que je devais recharger très régulièrement et ma terre de remblais compact contenant par ailleurs autant de cailloux que de terre. C'est la mort des arbres qui ont par ailleurs toujours végété dans mon jardin et donc plus sensibles aux maladies, qui a enfin favorisé, l'apparition progressive d'un sol vivant avec une zone tampon entre les 2 sols, et donc in fine une augmentation de la couche de sol vivant. Enfin, je respire et j'ai un excellent sol forestier là où j'ai investi tant d'efforts, raison pour laquelle (en plus du confinement), j'ai acheté un grand nombre de plantes "nourricières" même si mon objectif est bien plus de satisfaire ma curiosité que d'avoir des récoltes abondantes.
Pour en revenir à la mort des arbres présents et que je voulais garder :ohoh:, je pense qu'au fil du temps, les racines ont créé un humus et de l'aération en pourrissant lentement (car enfouies dans un sol compact) en plus de supprimer toute compétition inégale avec les nouveaux arrivants.
Cela me conduit à penser que pour créer un sol profond et vivant de manière plus rapide, il est avantageux de pailler un sol enherbé plutôt qu'un sol nu. Les racines des plantes sont pour moi un des éléments fondamentaux de la structure du sol et leur décomposition par les organismes vivants va permettre et accélérer les échanges sur une plus grande profondeur avec une restitution plus efficace et aérée des nutriments.
C'est pourquoi, je me demande si il ne serait pas plus efficace d'alterner les techniques de paillage dans le potager avec l'enherbage de ces surfaces, pour peu qu'on dispose d'assez de surfaces, on en revient alors à la technique de la jachère .
Pour le paillis de mon potager, je préfère le foin, non pas tant pour le rapport carbone-azote, mais bien plus parce que j'ai remarqué qu'avec la paille, j'ai toujours une prolifération de limaces tout à fait incontrôlable et cela devient tout à fait ingérable même en été :grr:
Pour en revenir à mon sous-bois, je laisse également certaines adventices comme du gaillet, de la ficaire, de l'alliaire, pour autant qu'elles ne me gênent pas...



Lisa
Feuille agitée
Feuille agitée
Messages : 3739
Enregistré le : 05 mars 2013 20:57
Commune : St-Sulpice Lauriere
Localisation : Limousin
Sexe : Féminin
Génération : 60 ans et plus
Passion : Le potager

préparation de mon sol au potager

Message par Lisa »

Je donne ma pensée qui n'engage que moi :
Oui.
Si la vision de cette terre magnifique a nos yeux est aussi bonne pour les plantes c'est réjouissant .
Je sais que certains et ça remonte a une philosophie plus naturelle ont sème et sèment encore du seigle en quantité non négligeable après ils coupent avant floraison et plantent en l'état. Les racines du seigle en se decomposant etc . Il y a un besoin en eau a ce moment.

L'état naturel ici comporte un max de racines comme panais qui préfère les endroits compliques avec avoine, mauve, carotte sauvage, sans concurrence avec le chiendent et ça garde l'humidite. Difficile de planter dedans mais le sol est bien decompacte il y a une vie souterraine qui ne disparaît pas sauf forte sécheresse.
Ce que j'ai vu c'est qu'en enterrant les fines branches vivantes comme le bouleau en perd le sol devient comme avec les racines mélange panais mauve carotte.
Un peu long mais bon


Répondre

Retourner vers « Aux sols »